Accéder au contenu principal

Le SAFEP - Le Service d'accompagnement familial et d'éducation précoce

Aujourd'hui, c'est un article découverte/pratique sous forme de témoignage que nous vous proposons.

Le SAFEP

Le Service d'accompagnement familial et d'éducation précoce. Tout un programme, et quel programme !
Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec la chef du service. Elle doit nous présenter le SAFEP, nous expliquer en quoi consiste ce service, son fonctionnement etc. Nous arrivons donc dans cet univers complètement inconnu pour nous. Ce sont les vacances de la Toussaint, il fait nuit, le SAFEP est vide de vie, comme endormi. La présentation commence. Il y a beaucoup de termes, de mots et de choses à retenir, à comprendre. Tout cela nous paraît très confus. Nous ne sommes pas convaincus, mais si c’est la meilleure chose à faire pour notre fils, alors nous nous y rendrons.
La conjecture familiale tombe assez mal d’ailleurs. Je reprends le travail temporairement, le chef de mon mari n’est pas très compréhensif ni enclin à lui laisser du temps pour venir au SAFEP. Tout cela nous parait bien compliqué et Calixte est encore tout petit. Le temps passe vite et nous sommes déjà au printemps. Il serait temps de commencer… Finalement Calixte fera sa rentré au SAFEP en mai !
De ce premier jour jusqu’au dernier, c’est au SAFEP que nous nous sentirons le plus à notre place. Tout ce qu’on nous avait expliqué sur ce service, l’idée qu’on s’en était faite, et bien cela n’avait rien à voir. Je dois bien avouer, le SAFEP nous a été très mal vendu ! Heureusement que nous avions envie de faire les choses bien, car nous aurions raté le SAFEP.
Le SAFEP c’est quoi alors ? C’est un lieu où parents et enfants se retrouvent tous les mardis et vendredi matin pour jouer, apprendre, découvrir, travailler, rire et pleurer ! Les orthophonistes, les éducatrices spécialisées, la psychologue, l’assistante sociale, la chef de service, la professeur de LPC, et celui de LSF. Tous ces adultes qui gravitent autour de nous, de notre enfant, ont pour but notre épanouissement !
Je ne pourrais pas mieux résumer ce service. Être là pour nous accompagner à élever notre enfant sourd. Pour nous aider à communiquer au mieux avec lui. Pour nous apprendre à faire de notre mieux pour son épanouissement. Pour nous faire découvrir la surdité, son monde, sa culture. Mais aussi pour réunir des familles, liées par un point commun, et parler ensemble. Car au fond, le SAFEP, c’est un peu comme une grande famille.
Les professionnels sont toujours présents et à l’écoute. Ils sont impliqués et investis. L’enfant est au centre des projets personnalisés. Tout est fait pour faciliter la communication autour de ce projet. Toutes les questions peuvent être posées. Toutes les remarques peuvent être faites, car elles permettent de sans cesse améliorer le service. Le service, d’ailleurs, s’adapte à chaque enfant, chaque groupe. Le service n’est pas figé, ni statique. C’est ça qui fait sa force, sa capacité d’adaptation. Les missions restent toujours les mêmes biens sûrs. Mais les moyens mis en œuvre sont réinventés chaque année.

Le SAFEP apporte beaucoup, aux parents comme aux enfants. C’est une transition vers l’école. Un premier pas dans le monde de la surdité. Un lieu réconfortant. Et oserais-je le dire, un passage obligatoire tant il est bénéfique. Evidemment, rien n’est parfait. Il peut y avoir des difficultés, des reproches ou des critiques à faire. Mais d’un avis général, le SAFEP est une structure essentielle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'AJPP - Allocation jounalière de présence parentale

L'AJPP ou allocation journalière de présence parentale Cette allocation est allouée par la CAF. Le dossier administratif est à faire par le médecin référent de votre enfant, ou son ORL. Il s'agit du cerfa 12666*03 . L'AJPP sera acceptée pour 310 jours ouvrés maximum sur 3 ans . On ne décompte pas les week-ends et jours fériés. Vous avez la possibilité de prendre soit des journées, soit des mois complets. Il n'est pas possible de prendre de demi-journées. Le montant de votre allocation variera selon vos jours déclarés. Vous devez prévenir votre employeur au minimum 48h avant par courrier. Vous trouverez à la fin de l'article un modèle de courrier. Une attestation sera à remplir tous les mois par vous-même et votre employeur. Vous devez y déclarer le nombre de jours pris ou mois complet (22 jours) et le montant de vos frais mensuels. Le montant de l'allocation varie selon le nombre de jours déclarés. Il est actuellement de 43,57€ quotidien

La découverte de la surdité de Jade

Voici le témoignage des parents de Jade : J’ai toujours voulu être maman et je me suis toujours imaginée chanter et raconter des histoires à mes enfants car dans la famille la transmission orale occupe une grande place. Cette transmission avait pour moi une place prépondérante dans la relation maternelle que je m’imaginais. Quand j’appris ma grossesse j’étais littéralement sur un petit nuage. Enfin je concrétisais un réel désir, avec mon mari que j’imaginais à juste titre un père formidable. Ma grossesse ne se passa non sans petits heurts mais rien qui ne pouvait laisser présager la suite. Le travail commença un vendredi soir et après un aller-retour à la maternité dans la nuit à 45 km et s’entendre dire « ce n’est pas pour tout de suite, rentrez chez vous » je passai le reste de la nuit à souffrir dans mon salon, à faire du ballon, soutenue par mon mari et surtout me disant intérieurement que je ne voulais plus y aller. Au petit matin n’y tenant plus, Gaël me traina de for

La découverte de la surdité de Lucie

Voici le témoignage des parents de Lucie : Lucie est née à terme après une grossesse sans problème notable en septembre 2014. Je ne souhaitais pas rester à l'hôpital et suis donc rapidement rentrée chez moi après les formalités classiques. Le test d’audition à la naissance venait de se généraliser, mais nous ne sommes pas restés assez longtemps pour qu’ils soient réalisés. Et n’y avons pas du tout pensé à ce moment là. Il n’y a aucun sourd dans notre famille et notre entourage et nous-mêmes ne connaissions pas du tout cet univers. Au départ j’ai porté Lucie en écharpe, mais très vite, elle n’a plus voulu. Dès la fin du premier mois on a compris que ce ne serait pas quelque chose de facile et évident avec elle, comme cela avait pu l’être avec son frère de deux ans son aîné. En fait, elle n’aimait simplement pas être portée. Elle était en cosy, on demandait aux gens de ne pas la porter, nous ne la prenions pas souvent dans nos bras, puisqu’elle semblait ne pas aimer ç