Accéder au contenu principal

L'AJPP - Allocation jounalière de présence parentale

L'AJPP ou
allocation journalière de présence parentale





Cette allocation est allouée par la CAF. Le dossier administratif est à faire par le médecin référent de votre enfant, ou son ORL. Il s'agit du cerfa 12666*03.

L'AJPP sera acceptée pour 310 jours ouvrés maximum sur 3 ans. On ne décompte pas les week-ends et jours fériés. Vous avez la possibilité de prendre soit des journées, soit des mois complets. Il n'est pas possible de prendre de demi-journées. Le montant de votre allocation variera selon vos jours déclarés. Vous devez prévenir votre employeur au minimum 48h avant par courrier. Vous trouverez à la fin de l'article un modèle de courrier.

Une attestation sera à remplir tous les mois par vous-même et votre employeur. Vous devez y déclarer le nombre de jours pris ou mois complet (22 jours) et le montant de vos frais mensuels. Le montant de l'allocation varie selon le nombre de jours déclarés. Il est actuellement de 43,57€ quotidien soit 958, 54€ pour un mois complet. Il faudra conserver toutes les factures pour justifier vos frais, qui seront remboursés à hauteur de 112€ (attention c'est un minimum et maximum, si le montant est en dessous vous n'aurez rien, si le montant est au dessus vous aurez ce plafond). Ce complément est soumis aux conditions de ressources. Vous pouvez y déclarer l'assurance de l'implant, les formations LSF, l'achat de piles ou autres accessoires si vous avez utilisé l'enveloppe de la sécurité sociale. L'attestation mensuelle est à faire signer par votre employeur.

Une attestation de renouvellement sera à remplir tous les 6 mois par votre médecin accompagnée d'un certificat médical établi par celui-ci. Ce n'est pas aussi complet que celui de démarrage mais ça reste de la paperasse.

Sachez que si votre enfant a une maladie associée, vous pourrez renouveler vos 310 jours en déclarant cette autre maladie. Exemple avec mon cas personnel, j'ai eu un 1er dossier avec la surdité, puis un 2e avec son insuffisance rénale et sa greffe de rein.

Il faut savoir aussi que le dossier est personnel et qu'il faudra faire un autre dossier pour le deuxième parent si besoin.
Notez aussi que cette allocation est assez récente. Et que pour le coup il faut bien vérifier ce que fait la CAF. Certains conseillers vous diront qu'ils ne sont pas encore au point sur certains détails car chacun interprète les textes à sa manière. Si vous rencontrez des soucis, n'hésitez pas à faire appel à votre assistante sociale qui peut appuyer vos demandes. Et pour toutes questions, n'oubliez pas que les MODO sont un lieu d'entraide.

Angélique, maman de Kyllian

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La découverte de la surdité de Jade

Voici le témoignage des parents de Jade : J’ai toujours voulu être maman et je me suis toujours imaginée chanter et raconter des histoires à mes enfants car dans la famille la transmission orale occupe une grande place. Cette transmission avait pour moi une place prépondérante dans la relation maternelle que je m’imaginais. Quand j’appris ma grossesse j’étais littéralement sur un petit nuage. Enfin je concrétisais un réel désir, avec mon mari que j’imaginais à juste titre un père formidable. Ma grossesse ne se passa non sans petits heurts mais rien qui ne pouvait laisser présager la suite. Le travail commença un vendredi soir et après un aller-retour à la maternité dans la nuit à 45 km et s’entendre dire « ce n’est pas pour tout de suite, rentrez chez vous » je passai le reste de la nuit à souffrir dans mon salon, à faire du ballon, soutenue par mon mari et surtout me disant intérieurement que je ne voulais plus y aller. Au petit matin n’y tenant plus, Gaël me traina de for

La découverte de la surdité de Lucie

Voici le témoignage des parents de Lucie : Lucie est née à terme après une grossesse sans problème notable en septembre 2014. Je ne souhaitais pas rester à l'hôpital et suis donc rapidement rentrée chez moi après les formalités classiques. Le test d’audition à la naissance venait de se généraliser, mais nous ne sommes pas restés assez longtemps pour qu’ils soient réalisés. Et n’y avons pas du tout pensé à ce moment là. Il n’y a aucun sourd dans notre famille et notre entourage et nous-mêmes ne connaissions pas du tout cet univers. Au départ j’ai porté Lucie en écharpe, mais très vite, elle n’a plus voulu. Dès la fin du premier mois on a compris que ce ne serait pas quelque chose de facile et évident avec elle, comme cela avait pu l’être avec son frère de deux ans son aîné. En fait, elle n’aimait simplement pas être portée. Elle était en cosy, on demandait aux gens de ne pas la porter, nous ne la prenions pas souvent dans nos bras, puisqu’elle semblait ne pas aimer ç